Découvrez le Mali hors des sentiers battus !

L’objectif de ce site est de contribuer à la promotion des ressources et compétences locales en matière de guidage-accompagnement au Mali et en particulier de vous inviter à bénéficier de celles d’Alassane Dicko.

mosq_djennePartez pour un voyage que vous ne pourrez oublier!

Situé à la charnière du Sahara et du Sahel, le Mali est un pays envoutant, une véritable terre de rencontre : confluence du sable et de la savane africaine, croisée des peuples, richesse ethnique et culturelle, diversité des paysages.

D’une simple découverte à un accompagnement plus long, Alassane Dicko vous guide hors des chemins touristiques vers un monde d’aventures et d’émotions, le tout dans un esprit d’échanges et sur les bases d’un tourisme responsable et équitable.

Alassane est à votre disposition pour satisfaire vos envies et préparer avec vous votre séjour. N’hesitez pas à le contacter pour discuter de votre projet.

alassane1 sangafs9

Alassane en action!

Remarques sur le contenu de ce site

Merci aux personnes qui souhaitent contribuer à l’amélioration et à l’enrichissement de cet espace de bien vouloir utiliser la fonction « commentaire » pour nous faire part de leurs remarques.

Natural Guide Mali

Un guide complet pratique et culturel sur le Mali

The Natural Guide Mali nous offre des articles de fond, des anecdotes, des contes, des conseils pour voyager malin, avec sa tête et son coeur… Et pour organiser son voyage, des centaines d’adresses d’hôtels authentiques, campements villageois, restaurants, associations et excursions au coeur de zones préservées, à la rencontre des 22 peuples du Mali, des portes du Sahara aux falaises du pays Dogon.

En savoir plus

Bako Dagnon : La gardienne de la tradition Mandingue

Source: L’Essor de Bamako – 14/12/09

Après Titati en 2007, la cantatrice nous revient avec un nouvel album intitulé « Sidiba »
La musique malienne attendait depuis longtemps un chef oeuvre de la trame de « Sidiba », le nouvel album de Bako Dagnon. Il s’inscrit dans un style qui allie à la fois tradition et modernité. Ce bon dosage transparaît aussi bien dans l’arrangement musical que dans la composition des chants.

Lire la suite

Pillage des biens : La mission culturelle de Djénné veille au grain

Source: L’Essor du Mali – 14/12/09

Les objets du Delta intérieur du Niger, particulièrement les statuettes dites de Djenné, sont vendus très cher sur le marché international de l’art. Leur renommée a traversé les frontières.

Lire la suite

Sites, rites et tradition du Mali : Un énorme potentiel culturel et touristique

En dépit de sa continentalité, le Mali possède une grande richesse touristique, fruit de son héritage culturel. En effet, toutes ses régions présentent des sites touristiques contribuant au développement du tourisme dans le pays.

 
Bougoula, situé à 6 km de Sikasso, est un village créé par Mansa Daoula qui en fit sa capitale. Il y avait édifié 9 petites huttes où il passait la saison des pluies. De ce premier établissement, il ne reste que 3 huttes. Dans la première, le roi recevait ses sujets et ses hôtes. La deuxième servait d’appartement privé : c’est d’ailleurs dans cet appartement que Mansa Daoula fut préparé avant son inhumation. La troisième hutte renferme les armes du souverain : lances aux lames empoisonnées, haches de guerre…

Le Mamelon sacré est le refuge d’un boa, génie protecteur de la ville de Sikasso. Sur ce mamelon, Tiéba avait fait édifier un bâtiment à étages pour y recevoir, mais surtout, pour surveiller la région. Ce bâtiment a été démoli et remplacé aujourd’hui par…une piste de danse.

Le Tata est une fortification érigée par Tièba vers 1880 pour décourager les assauts des assaillants. Le Tata extérieur mesurait 9 km.  Seules les fondations en subsistent de nos jours : d’énormes masses de latérite et de pierre, larges à leur base d’environ 6 m. A l’extérieur, le mur était protégé par de profondes tranchées et comportait, à l’intérieur, un chemin de ronde placé à une hauteur de 4 m. Cinq portes le fermaient : une au Nord, deux à l’Ouest et une au Sud. A l’intérieur de cette première enceinte s’élevait une seconde qui isolait les quartiers des officiers et des marchands. Chaque chef d’armée y avait fait édifier ses propres maisons fortifiées autour d’un troisième et dernier Tata qui encerclait la demeure royale : le Dionfooutou. Ainsi protégé, Sikasso a résisté à la plupart des assiégeants; notamment l’Almamy Samory qui, pendant quinze mois, avait tenté de réduire la ville à la famine.

Les Grottes de Missirikoro sont situées à 11 km de Sikasso. Selon la légende, la falaise a surgi à partir d’un différend entre deux villages, à propos de la propriété d’une terre. Chaque village avait formulé un voeu : la transformation du lieu en mare ou en falaise, selon que l’un des deux villages ait raison sur l’autre. C’est ainsi que la falaise s’est dressée avec, en son sein, cette sorte de mosquée dans laquelle le voyageur pouvait toujours trouver à manger, jusqu’au jour où… un malin détruisit le mythe.  Dans une petite mare située dans la colline dite « Fakokoulou » qui surplombe le village de Kébéni, on trouve des poissons sacrés (de type polio) liés à l’histoire du village. On les appela dès lors les Poissons sacrés de Kébéni. Autrefois, ces poissons étaient l’object d’un sacrifice rituel qui tend de plus en plus à disparaître de nos jours. Jadis, les gens se rendaient à cette mare pour formuler des voeux. Si les voeux devaient être exaucés, les poissons mangeaient la nourriture qui leur était jetée. Dans le cas contraire, ils ne manifestaient aucun intérêt pour ladite nourriture.

La Fête des Diables à Diban (Bougouni) est une manifestation qui avait lieu tous les sept ans pour commémorer les mânes des ancêtres et sécuriser les exploitations. Elle avait lieu en début d’hivernage. Pendant les manifestations, les non initiés se terraient dans les cases, terrifiés par le bruit des sabots de chevaux invisibles et des cris divers.

Diban organisait différentes manifestations rituelles qui étaient l’occasion de rassembler les enfants du pays, de célébrer des mariages et de transmettre les traditions. Ces manifestations sont connues sous le nom de « Dugu son » (offrande au village).

Jelefura est la première manifestation liée à des traditions initiatiques de type Komo. Elle a lieu en période sèche (en Mars). Le Komofura a lieu le samedi suivant la célébration du Jelefura. C’est une sorte de conseil des anciens : un cercle très fermé. Le Dugu son a lieu une semaine après le Komofura. C’était la principale manifestation à l’occasion de laquelle tous les ressortissants du Bana se retrouvaient à Diban. Actuellement, quelques anciens, restés toujours animistes, perpétuent encore cette tradition.

Sounkolo est à 11 km de Zangasso. Les Caïmans qu’on y rencontre encore, tant dans le village que dans la mare, vivent en bonne entente avec les villageois. Selon la tradition, lorsqu’un de ces caïmans est abattu et mangé dans le village, et qu’un seul de ses os (aussi infime soit-il) y reste, les eaux des puits et des pluies vont se raréfier.

A Wointina (situé à 15 Km de Koutiala) se trouve une mare, près du lieu dit « Koungo djan », connu sous le nom de « Nangayawa » : en minianka, la « mare aux supplices ». Cette mare ne tarit jamais, même pendant les grandes périodes de sècheresse. On ne met pas le pied dans le « Nangayawa », on ne s’y lave pas, et on n’y pêche pas, sous peine d’y disparaître immédiatement. Autrefois, le malfaiteurs pris dans le village, la main dans le sac, étaient jetés dans le « Nangayawa » où ils disparaissaient définitivement.

M’Pessoba ou M’Pèkan (en minianka, « le village de M’pè », vient du nom de son fondateur, M’pè. En voulant installer sa hutte, M’pè devait couper certaines arbres pour se faire de la place. Ce faisant, il découvrit un serpent totalement inoffensif. Il décida alors de s’installer à côté du reptile, e, lui construisit également une case qui existe toujours, mais légèrement agrandie.

Depuis ce jour, M’pèwo , ou « le serpent de M’pè », est lié aux traditions de la famille Coulibaly qui habite dans le quartier qui porte le nom de son fondateur : N’tio. Le M’pèwo ressemble au boa, mais en plus petit. Il n’attaque jamais les personnes et ne se déplace jamais le jour. On peut cependant le voir lorsque le jour le surprend dans une concession. Alors, les occupants le mettent à l’abri ou le montrent aux visiteurs. Mais s’il arrivait au M’pèwo de se montrer autrement le jour, c’est pour annoncer un malheur.

Source:  Soir de Bamako